Vïa India : la belle surprise !

En août 2017, les trois protagonistes de Vïa se sont retrouvés en Inde au kalari de Puthupally, cette ville où l’on ne croise jamais aucun touriste… Cela fait déjà douze ans qu’Ode Rosset était allée en Inde apprendre le kalarippayatt, un art martial ancestral, peut-être le plus ancien de tous. Depuis, elle est retournée presque chaque année au KJV Kalary de Puthuppally où elle a découvert un maître en la personne de Baiju Varghese. Un lien solide s’est alors créé avec ce centre de kalarippayatt, une confiance…

 

L’objectif de cet été était d’inviter trois artistes indiens de kalarippayatt à jouer dans Via. Trois semaines de création dans le kalary , lieu sacré, réservé au kalarippayatt, qui pour l’occasion s’est aussi transformé en salle de création et de répétition (avec les instruments de musique et le mât chinois).

C’est donc avec beaucoup d’énergie et de volonté, les pieds nus sur la terre sacrée, terre sèche et rouge, que nous avons chaque jour travaillé à faire fusionner nos arts et nos cultures.

Les artistes de kalarippayatt se sont prêtés au jeu. Ils n’avaient jamais fait de spectacle, jamais vraiment joué à être quelqu’un d’autre… en représentation. 

Nous avons présenté cette sortie de résidence devant un public assez mixte (Européens et Indiens de milieux divers). La presse a largement relayé l’événement, parmi laquelle de nombreuses TV nationales et régionales. 

Cette création doit se poursuivre en avril 2018, des temps de travail auront lieu dans le kalary à Puthuppaly, et une tournée des Alliances françaises suivra dans cinq villes d’Inde. 

Les commentaires sont fermés